Emploi Canada - Bilan de janvier 2020 |Emplois.ca
0

Bilan des embauches et licenciements – Janvier 2020

Voici un bilan des entreprises où des emplois ont été créés et d’autres ont été perdus au cours du mois de janvier 2020.

 

EMBAUCHES

Comme plusieurs entreprises de renom, dont Nike et Visa, la firme technologique Q4 inc. a choisi de s’installer à Hamilton, en Ontario. Ce cinquième bureau permettra d’offrir 240 nouveaux emplois d’ici la fin de l’année 2020. Cet ajout fait suite à une année record : l’entreprise a enregistré des revenus de plus de 1,5 milliard $.

AddÉnergie, qui fabrique des bornes de recharge pour les voitures électriques, prévoit embaucher 160 nouvelles personnes d’ici 2023. La moitié de ces nouveaux postes seront créés à l’usine à Shawinigan, et l’autre au siège social de Montréal. Le gouvernement du Québec financera une partie de la facture, soit 976 245 $, pour l’acquisition d’un nouveau système. 

Grâce à un investissement de près de 5 millions $ et un agrandissement notable, l’entreprise Transformateurs Delta Star, spécialisée dans la conception et la fabrication de transformateur à sec, verra sa production augmenter de 50 %. L’équipe, qui compte actuellement 125 employés, sera quant à elle augmentée avec la venue de 22 nouveaux employés dans différents postes d’assembleurs, de bobineurs et de techniciens aux essais, entre autres.

Le Service de police d’Ottawa (SPO) embauchera une centaine d’agents au cours de la prochaine année, et ce, de façon accélérée. Cette mesure assurera au SPO de recevoir les nouveaux agents plus rapidement et d’ainsi répondre aux besoins actuels de la ville. Cette décision, qui coûtera 14,7 millions $ sur trois ans, devra toutefois être approuvée par la Commission de services policiers d’Ottawa (CSPO). 

45 millions de personnes utilisent l’application Hooper, qui leur permet de réserver des billets d’avion. Cette entreprise, qui a vu le jour en 2006 à Montréal, a vu ses revenus augmenter de 375 % pour l’année 2019. Le vent dans les voiles, l’entreprise prévoit embaucher de 400 à 600 personnes en 2020, et ce, dans l’un ou l’autre de leurs bureaux (Montréal, Toronto, Chicago, Boston, New York, Bogotá en Colombie, Sofia en Bulgarie). Notons que 200 des 420 employés actuels travaillent au siège social de Montréal.

 

CONGÉDIEMENTS

Le fabricant de jouets québécois Mega Brands (connue pour ses fameux Mega Bloks) fermera définitivement son usine de Montréal. Cette dernière totalisait 60 % de l’effectif total de l’entreprise, rachetée par Mattel en 2014. Afin de consolider ses activités, la production sera transférée dans ses autres usines en Chine et au Mexique. Pas moins de 580 employés seront licenciés d’ici le début de l’année 2021. Bisma Ansari, vice-présidente de Mega Brands, assure qu’ils recevront une indemnité de départ.

L’usine Masonite de Saint-Romuald, fabricant de portes usinées, fermera d’ici l’été prochain. Pas moins d’une soixantaine d’employés ont appris qu’ils perdront ainsi leur emploi. Le vice-président, Robert Paxton, a toutefois assuré que l’entreprise allait tenter de leur trouver un nouvel emploi. La production, quant à elle, déménagera aux États-Unis et dans l’Ouest canadien.

L’entreprise Coalision, propriétaire de la marque de vêtements de sport Lolë, fermera son entrepôt de Longueuil et transférera une partie de ses activités à un sous-traitant de Sherbrooke. Au terme des vagues de licenciements, qui se feront jusqu’en avril prochain, 50 personnes auront perdu leur emploi.

Afin de réduire ses coûts, l’entreprise Loblaw fermera son entrepôt de l’avenue Francis-Hughes, à Laval, d’ici la fin de l’année 2021, en plus de celui de la ville d’Ottawa. Au total, 800 employés perdront leur emploi. Ayant considéré toutes les avenues possibles, l’entreprise affirme que cette dernière était la plus réaliste. 

Une mauvaise nouvelle n’attend pas l’autre pour la minière Nemaska Lithium, qui s’est placée à l’abri de ses créanciers à la fin de décembre 2019. La société a annoncé fin janvier qu’elle licencierait 29 employés supplémentaires. Il ne restera plus que 30 personnes chez Nemaska Lithium à la fin du processus, alors qu’elle comptait 130 employés il y a quelques mois seulement.

Articles récents par
Commentaires