0

Entretien d’embauche : savoir maîtriser son langage corporel

Vous êtes fin prêt pour votre entretien d’embauche, mais avez-vous pensé aux signes que peuvent envoyer au recruteur votre visage tendu, votre posture affaissée, vos jambes croisées ou encore vos mains tapotant sur la table? Pour que ces signes ne réduisent pas à néant tous les efforts fournis jusque-là pour obtenir cette entrevue, inspirez-vous de quelques astuces ci-dessous.

 

Miroir, miroir, dis-moi si mon visage…
Bon réflexe le miroir : se regarder une dernière fois le visage avant d’entrer dans la salle d’entretien pour repérer un éventuel bout de carotte coincé entre les dents pourrait être salvateur. De même, l’avez-vous déjà consulté pour connaître votre visage « au repos »? Est-il sérieux, inquiet? je-m’en-foutiste? Prêtez-vous à cet exercice pour savoir si vous devez travailler votre sourire, votre regard afin qu’ils soient adaptés à l’enjeu. Ah, le regard… Il faut trouver le juste milieu entre celui qui fixe intensément les yeux et celui qui fuit le regard de son interlocuteur (pour 70 % des 2200 recruteurs interrogés par Carrierbuilder, la pire erreur du langage corporel est le contact visuel). Il est recommandé de regarder les différentes parties du visage (front, yeux, nez, lèvres) et d’en changer toutes les deux secondes. N’hésitez pas non plus à hocher de la tête de temps en temps pour abonder dans le sens du recruteur : un lien de confiance est né. Dernier point concernant le visage, le nez ou plutôt la respiration : avant de rentrer dans la salle, 10 bonnes respirations pour réduire le rythme cardiaque, la pression sanguine et le niveau des hormones du stress; pendant l’entretien, profitez de la prise de parole du recruteur pour inspirer profondément et expirer lorsque vous vous exprimez.

La maîtrise des membres : tout un art
Le but n’est pas tant de vous demander d’être aussi cool que certains acteurs ou hommes politiques lorsque vous prenez la parole, mais de savoir maitriser votre corps pour cacher vos émotions et envoyer des signes de confiance et d’ouverture d’esprit.
Posture sur la chaise : pas de précipitation, asseyez-vous une fois seulement que le recruteur vous y aura invité en vous appuyant sur le dossier (signe de confiance) et en vous tenant droit face à l’interlocuteur.
Jambes et pieds : croiser les jambes est non seulement mauvais pour la circulation sanguine, mais envoie une image de fermeture (croiser les chevilles est préféré). Les deux pieds fermement posés au sol, dans l’alignement des épaules, permet un meilleur lien entre le cerveau reptilien (respiration, créativité) et le néocortex (langage, logique); ainsi, vous serez plus en mesure de passer des pensées créatives à des raisonnements complexes. Bon à savoir!
Bras et jambes : attention aux bras croisés qui renvoient à de la soumission ou de la gêne. Hum… avez-vous quelque chose à cacher? Quant aux mains, elles peuvent bien vous trahir et dénoter de la nervosité si vous tapotez sur la table ou encore de l’arrogance si elles sont sur vos hanches, alors préférez présenter des mains détendues, la paume tournée vers le haut (signe d’honnêteté et d’engagement), à l’image de la poignée de main de début et de fin d’entretien qui montre l’ouverture que le candidat éprouve à l’égard du recruteur.

 

Après vous être mis en valeur dans votre CV et lettre de motivation, l’entretien pourrait vite tourner à la catastrophe si vous n’êtes pas en mesure de maitriser votre corps et les quelques astuces du langage corporel. Les connaître est indispensable, les mettre en pratique est un gage de réussite, car rappelez-vous qu’il y un recruteur pour vous écouter et un autre pour vous observer.

Articles récents par
Commentaires