Pourquoi et comment devenir un salarié écologique?
0

Pourquoi et comment devenir un salarié écologique?

D’ici 2030, les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites de 30 % par rapport à 2005. Cet engagement du gouvernement Trudeau nécessite la mobilisation de tous, et pas seulement des citoyens et des industriels. En effet, toute contribution est bénéfique, y compris celle des salariés.

 

Gare à l’énergie facile
Si vous êtes attentif à ce qui se passe autour de vous, vous vous rendrez peut-être compte que vos collègues posent quotidiennement des gestes pour économiser l’énergie au bureau. Si votre collègue Alain éteint religieusement son ordinateur tous les soirs, c’est qu’il sait qu’un ordinateur même en veille continue de consommer de l’électricité. Si votre gestionnaire Élise a opté pour un ordinateur portable, c’est qu’elle a pris conscience que sa consommation électrique pouvait baisser de 80 % par rapport à un ordinateur fixe. Si Dominique s’active été comme hiver près des stores, c’est qu’il tient à ce qu’ils soient baissés durant la journée en été afin que la climatisation soit plus efficace, et le soir pendant l’hiver pour éviter toute perte de chaleur. À votre tour d’inspirer vos collègues en accomplissant quelques gestes par rapport à votre batterie (en la débranchant même si l’appareil n’est pas connecté ou s’il est totalement chargé), aux ampoules (en remplaçant les incandescentes par des fluocompactes) ou encore en décidant de privilégier les escaliers par rapport aux ascenseurs.

 

La chasse à la goutte d’eau
Avec une consommation en eau double à celle des Européens, les Canadiens occupent le 2e rang mondial avec près de 330 litres quotidiens utilisés par personne. Avant même d’installer des réducteurs de débit sur les robinets et les toilettes (6 litres par chasse d’eau par rapport à 15 litres pour un modèle conventionnel), tout salarié devrait penser à bien fermer les robinets de la cuisine et de la salle de bain et se souvenir que la perte d’une goutte d’eau par seconde correspond à 9540 litres d’eau gaspillée chaque année. À la fin d’une petite fête dans le service, abstenez-vous de rincer les assiettes avant de les mettre dans le lave-vaisselle; enlevez les morceaux restants avec une fourchette et vous économiserez ainsi 40 litres d’eau! Enfin, si l’entreprise a un petit parterre de fleurs devant l’entrée, n’arrosez pas durant la journée, car 50 % de l’eau va s’évaporer au lieu de pénétrer dans le sol.

 

Le recyclage à tous les niveaux
Lorsque le gaspillage est évoqué en entreprise, on pense automatiquement au papier, d’autant plus que sa consommation n’a malheureusement pas diminué, malgré l’apparition des courriels… Alors que les ménages recyclent le papier à plus de 40 %, le pourcentage tombe à 20 % pour les salariés. Pourquoi ne pas appliquer les mêmes gestes qu’à la maison, en imprimer au verso et en utilisant les feuilles comme brouillon? Recyler ainsi le papier permettrait de réduire la consommation annuelle de chaque Canadien, estimée actuellement à 50 kg. Une autre résolution intéressante serait de privilégier les tasses pour son café ou son thé, plutôt que les gobelets en plastique – matériau très nocif pour l’environnement. Enfin, le mobilier : que d’économies pourraient être réalisées et de gaspillage limité si étaient encouragés les échanges de bureaux anciens entre services ou organisations, la remise à neuf des tables et chaises par des jeunes en réinsertion ainsi que l’achat de nouveaux bureaux conçus en matériaux recyclés réemployables facilement.

 

À l’instar du gouvernement qui a déployé en avril 2015 des mesures pour écologiser ses activités dans les ministères – permettant en deux années une économie de 4,5 millions de dollars grâce à une réduction de la consommation de papier et de cartouches d’encre –, les entreprises sont invitées à avoir une attitude pro-environnementale en sensibilisant ses salariés (Semaine de l’environnement) et en mettant en place des mesures dont les effets sont facilement quantifiables.

Articles récents par
Commentaires