Vous êtes rétrogradé! comment réagir ? |Emplois.ca
0

Vous êtes rétrogradé : comment réagir ?

Plus de la moitié des gestionnaires (58 %) des ressources humaines canadiens ont affirmé que leur entreprise avait déjà rétrogradé un employé. Dans 52 % des cas, le rendement insatisfaisant en était la cause. C’est ce que dévoile un récent sondage réalisé par OfficeTeam. Mais quelle attitude adopter lorsqu’on nous annonce une telle nouvelle ?

Être rétrogradé génère évidemment son lot d’émotions, de la surprise à la déception. Selon le sondage, si plus de la moitié des employés (52 %) ont tenté d’accueillir la nouvelle avec dignité, 40 % d’entre eux ont plutôt été contrariés et ont perdu leur motivation face à leur emploi. Et dans 18 % des cas, ils ont tout simplement choisi de démissionner.

Restez calme

Même si la nouvelle est difficile à accepter, mieux vaut rester calme. Une fois le choc passé, il se peut que vous choisissiez de rester au sein de l’entreprise qui vous emploie. Il faut donc éviter de tenir des propos que vous pourriez regretter. Et se mettre en colère contre votre gestionnaire n’aidera en aucun cas à améliorer la situation.

Essayer de comprendre

La meilleure chose à faire est de tenter de comprendre les causes de la rétrogradation. Demandez à votre gestionnaire de vous expliquer pourquoi vous êtes rétrogradé et quels sont les aspects de votre travail que vous devez améliorer.

Selon Koula Vasilopoulos, présidente de district d’OfficeTeam, « en comprenant les motifs de la rétrogradation et en mettant l’accent sur la croissance et le perfectionnement professionnels, les employés peuvent trouver une plus grande satisfaction au travail et mieux se positionner aux fins d’avancement à l’avenir ».

Évaluez vos options

Avant de penser à démissionner, évaluez plutôt les possibilités qui s’offrent à vous. Demandez à votre gestionnaire si vous pourrez éventuellement réintégrer votre poste. Informez-vous aussi sur les formations que vous pourriez suivre pour parfaire vos connaissances et vos habiletés.

Même s’il s’agit d’une nouvelle difficile à accepter, prenez un peu de recul pour réellement réfléchir à votre avenir professionnel. Selon Mme Vasilopoulos, « quelles que soient les difficultés associées au fait de se faire rétrograder, cela peut également représenter une occasion pour les travailleurs de réévaluer leurs objectifs de carrière ».

En prenant un temps d’arrêt pour réfléchir à votre vie professionnelle, vous serez plus à même de décider si vous voulez rester au sein de la compagnie et occuper le nouveau poste qu’on vous propose ou si vous préférez partir pour tenter votre chance ailleurs. Mais l’important est de laisser retomber un peu la poussière afin de voir plus clair dans la situation et d’éviter de se laisser emporter par les émotions.

Articles récents par
Commentaires